L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE

Un hommage à cette île de rêve qu'est l'île d'Elbe...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La route Napoléon, pas à pas...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Jeu 18 Nov 2010 - 22:14

On remarque aussi la Kangoo devant l'hôtel ! Laughing
Ravi qu'elle vous ait ramené à bon port, mon cher Jacques.
C'est avec grand plaisir que nous allons pouvoir suivre la suite et la fin de ce passionnant périple.

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: NEY A LONS LE SAUNIER   Ven 19 Nov 2010 - 9:03

salut revoilà le bon docteur Percy fleurofferte
Lire : Percy fleur...


A Autun, Napoléon a reçu la visite du baron Passinges, officier d'ordonnance du maréchal Ney.

Ney, à Lons-le-Saunier, " n 'a pu retenir la mer avec ses mains ".
Travaillé toute la nuit par des émissaires envoyés depuis Lyon, il a compris que la cause des Bourbons est perdue. Les troupes se rallient à Napoléon comme un torrent et la foule le long de la route lui est acquise. Il n'a aucune nouvelle de Paris, ni d'ordres du ministre.
Le préfet Capelle, préfet de Boug-en-Bresse vient le trouver, à l'Auberge de La Pomme d'Or, pour lui dire que le 76° de ligne est passé à Napoléon et lui conseille de se retirer sur Chambéry.
Des officiers de la Garde Nationale, en civil, lui assure que les Autrichiens sont d'accord avec Napoléon et que lui, maréchal Ney ne peut être responsable d'une guerre civile. Ils lui remettent un ordre de marche dans lequel Napoléon lui demande de se diriger sur Mâcon ou Dijon.
Napoléon lui a écrit une lettre autographe :

" Mon Cousin, mon major général vous expédie l'ordre de marche. Je ne doute pas qu'au moment où vous avez appris mon arrivée à Lyon, vous n'ayez fait prendre à vos troupes le drapeau tricolore. Ecoutez les ordres de Bertrand et venez me rejoindre à Châlons. Je vous recevrai comme au lendemain de La Moskowa

La nuit est atroce.
Bouleversé, Ney n'arrive pas à prendre sa décision, soutenu par le Républicain Lecourbe et le Chouan faussement repenti Bourmont. Tous deux sont ses divisionnaires.
Son aide de camp et ami Octave Levavasseur lui recommande de tenir ses engagements vis à vis du Roi.

Ney, toujours en proie au doute, fait rassembler les troupes sur la place.
Il y a là 4 bataillons des 60° et 77° de ligne, 6 escadrons du 8° chasseurs et du 5° dragons, formés en carré.
Ney, à pied, suivi de Lecourbe et de Bourmont accompagnés de leur état-major, se place au cnetre.
Ney sans cocarde à son chapeau, moins rouge que d'habitude, tire son épée :
" Ouvrez le ban ! "

Les hommes frissonnent, Ney tire un papier de sa poche et d'une voix puissante :
" Officiers, Sous-officiers, Soldats ! La cause des Bourbons est à jamais perdue...
Une formidable acclamation retentit " Vive l'Empereur ! "

Ney impose le silence et reprend :
" Soldats ! Les temps ne sont plus où l'on gouvernait la Nation avec des préjugés ridicules, où les Droits du peuple étaient méconnus et étouffés... La dynastie légitime que la Nation française a adoptée va remonter sur le trône : c'est à l'Empereur Napoléon qu'il apparient seul de régner sur notre beau pays... Soldats ! Je vous ai souvent menés à la victoire, maintenant je vais vous mener à la phalange immortelle que l'Empereur conduit à Paris "

C'était sur cette place, où se dresse la statue du général Lecourbe...




na! na! na! na!





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Ven 19 Nov 2010 - 16:53

Superbe déclaration de la part de Ney, mais par laquelle il signait son arrêt de mort en cas de défaite de la cause impériale.
On comprend mieux à quel dilemme il dut être en proie lors de cette fameuse nuit...

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: AUXERRE   Sam 20 Nov 2010 - 17:00

salut J'ai bien dissocié le parcours du Maréchal Ney de celui de Napoléon,
car dans les films comme Waterloo de Bontdarchuk, on voit Ney à Laffrey,
erreur reprise pour les séries de Chritian Clavier
comme on peut le voir ici

http://www.dailymotion.com/video/xc69b2_napoleon-la-recontre-de-laffrey_shortfilms

J'ai eu beaucoup de mal avec ce point d'Histoire, surtout à Laffrey avec le maire,
qui n'a jamais voulu me croire quand je lui disais que le maréchal ne rejoint qu'à Auxerre.


marche marche marche marche marche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Sam 20 Nov 2010 - 19:21

Que voulez-vous, Jacques : les mythes ont la vie dure ! Wink

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: LES COUDREAUX   Lun 22 Nov 2010 - 9:24

Oui les mythes ont la vie dure...
J'ai retrouvé l'original dans ce film de Sergui Bondartchuk
et comme ce film, Waterloo, maintenant en DVD a toujours beaucoup de succès le mythe n'est pas prêt de s'éteindre...

http://www.dailymotion.com/video/x9nzal_waterloo-la-rencontre-de-laffrey_shortfilms

Quoiqu'il en soit, le maréchal Ney va croiser à nouveau la route de l'Empereur.
A Auxerre, un historien local m'a confirmé que le maréchal arrivera par Vermenton
et profitera de la présence de son beau-frère, Charles Gamot, alors préfet à Auxerre,
pour être introduit auprès de Napoléon

On ne sait rien de leur entrevue.
Charles Gamot, après une carrière dans le commerce avec les Antilles, avait épousé Antoinete Auguié, élèves comme tant d'autres jeunes filles de la pension de Mme Campan, dont sa soeur Eglé, que Michel Ney a épousé.
J'ai enfin pu cet été trouver le château des Ney, près de Châteaudun.
Le domaine est partagé désormais. Le château est une propriété privée.

Le château des Coudreaux, sur la RN 10, entre Chartes et Chateaudun, près de Marboué :



et aujourd'hui :



Le jour de la rencontre de Lafrrey, le 7 mars, Michel Ney y était avec Eglé.
Charles Gamot sera le premier préfet en excercice a recevoir officiellement l'Empereur dans sa préfecture.
Les autres préfets avaient tous quitté leur préfecture ayant trouvé quelques chose de plus urgent à faire. Révoqué sans pension en juillet 1815, Gamot soutiendra son beau-frère durant son procès et assiste à son exécution le 7 décembre. Il prend soin de sa dépouille et se charge de l'inhumation.

En 1819, il écrit Réfutation de l'ouvrage sur la Campagne de 1815 par le général Gourgaud
pour dénoncer cet ouvrage, dicté par Napoléon à Sainte-Hélène, mettant gravement en cause le comportement de Ney aux Quatre-Bras et et à Waterloo.
Charles Gamot, fidèle de Michel Ney repose au cimetière du Père Lachaise dans la tombe du maréchal.

Le chateau des Coudreaux sera vendu en 1825 au général Honoré Reille, lui aussi présent à Hougomont...

salutempire salutempire salutempire


Dernière édition par général BERTRAND le Mer 24 Nov 2010 - 10:15, édité 3 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Lun 22 Nov 2010 - 16:42

A Sainte-Hélène, en réécrivant la bataille de Waterloo à son avantage, Napoléon a particulièrement chargé ses deux lieutenants Ney et Grouchy, les rendant tous deux responsables de la défaite.
C'est même au prince de la Moskowa qu'il s'en prit le plus vertement, celui-ci n'étant plus là pour se défendre.
La légende ne s'embarrasse pas de scrupules !

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves


Dernière édition par Percy le Mar 23 Nov 2010 - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: AVALLON   Mar 23 Nov 2010 - 13:12

De Saulieu à Avallon il y a une bonne marche et nos Elbois y arrivent ce 16 mars dans l'après-midi.
C'est jour de marché et il y a foule de blouses bleues. Encore des " Vive l'Empairreurr ! "

Le général Girard est arrivé la veille pour se mettre au service de Napoléon.
C'est ce même Girard, qui a tenu l'un des derniers contre la mitraille sur le pont de l'Elster à Leipzig, perdra la vie à Ligny, dans 3 mois...
Pour l'instant, il a organisé ce qu'il peut contre l'avis du maire M. Raudot
et tout à l'heure il conduira l'avant-garde vers Auxerre,
après avoit convaincu le colonel Bugeaud de se rallier, avec son 14° de ligne...

Etape tranquille à Avallon.
Nous sommes sur la RN 6, qui est célèbre pour être la route des vacances,
avec sa parrallèle la RN 7 chantée par Charles Trenet.
C'est une route que je fréquente et que j'aime :


http://nationale7.pagesperso-orange.fr/liens.html

salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mar 23 Nov 2010 - 14:18

Une étape à Avallon quand on a avalé autant de kilomètres, quoi de plus normal ! unpeufou

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: AUXERRE   Mer 24 Nov 2010 - 9:41

salut Les andouillettes sont fameuses à Avallon !....

Le 17 mars sera l'entrée solennelle à Auxerre.
Girard et le fameux 14° de ligne du colonel Bugeaud feront l'avant-garde.

Bugeaud, une semaine après Waterloo, combat les Autrichiens en Savoie, près de Montmélian...
Il les bat, mais il est obligé de demander un armistice, en apprenant la nouvelle de la défaite...
Le général Girard lui sera blessé à Saint Amand, lors de la bataille de Ligny.
Il meurt à Paris, dix jours après, des suites de ses blessures.

Coignet est à Auxerre. Il accueille ses camarades :

"Le 14° de ligne, c'est à dire l'avant-garde, rentrait à Auxerre et s'installait à l'Hôtel de ville. Partout la cocarde blanche disparaissait. On la remplaçait par la cocarde tricolore. Le commissaire de police qui l'avant-veille avait fait tant de zèle pour publier l'arrestation de Bonaparte fut forcé de publier aux flambeaux une nouvelle proclamation qui se terminait par " Vive l'Empereur ! ".
A Auxerre on rit beaucoup de cette aventure.
Enfin, après un an de compression et de silence forcé, je pouvais donc me dilater la rate.
J'en usai tout à mon aise "...

La maison de Coignet, rue Coignet !



salutempire salutempire salutempire




Dernière édition par Route Napoleon le Mer 24 Nov 2010 - 10:02, édité 2 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 24 Nov 2010 - 15:22

Coignet a bien raison de se gausser car voici venu le temps des girouettes !
Trois mois plus tard, ces inconstants allaient à nouveau se prosterner aux pieds des Bourbons., protestant de leur inébranlable fidélité.
Il y a vraiment des coups de pied au c.. qui se sont perdus ! Twisted Evil

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: DAVOUT   Mer 24 Nov 2010 - 19:47

Oui Percy et Napoléon n'est pas dupe.
Il est reçu en grande pompe par le préfet Gamot. On a monté le buste de Louis XVIII au grenier
et on a redescendu les bustes de Marie-Louise et du Roi de Rome.
Napoléon remarque la Légion d'Honneur de Charles Gamot.
Il sait qu'il ne l'a pas décoré et que le préfet la doit au Comte d'Artois.
Napoléon écoute les discours, bienveillant.

Il croise Coignet :
- Te voilà grognard ?
- Oui Sire !
- Quel grade avais-tu à mon état-major ?
- Vaguemestre du grand quartier général
- Eh bien je te nomme fourrier du palais. Es-tu monté ?
- Oui Sire !
- Eh bien je compte sur toi, va-t'en trouver Monthyon à Paris...


A Auxerre, on ne peut manquer cette statue du maréchal Davout :




salutempire salutempire salutempire


Dernière édition par Route Napoleon le Mer 24 Nov 2010 - 22:40, édité 1 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 24 Nov 2010 - 22:54

On ne sait trop si l'on doit fustiger ce préfet pour son irrespectueux culot ou admirer Napoléon pour son incroyable placidité.
Deux mondes s'affrontent derrière un rideau d'hypocrisie.

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: AUXERRE   Ven 26 Nov 2010 - 9:23

salut Percy vous êtes percycasse :

Citation :
"admirer Napoléon pour son incroyable placidité"

Je le mets dans ma giberne.

En effet, c'est le mot juste : le placide Napoléon...

salut

A la Péfecture, l'ancien évêché, ce samedi 18 mars, à 7h. du matin :
- Marchand quel temps fait-il ?
- Pas meilleur qu'hier, Sire, hélas !
Marchand lui prépare une bain bouillant, lui fait sa barbe pendant qu Ali tient le miroir. Napoléon fredonne la Marseillaise, qu'il n'a cessé d'entendre hier.
- Savez-vous quel était le plus grand général de la Révolution ? La Marseillaise !
Ses miracles étaient une chose inouïe !

Peu de temps après :
- Faites entrer le prince de La Moskowa !

Ney est arrivé la veille au soir, par Vermenton, pour loger chez son beau-frère.
Ils ne se sont pas revus depuis les jours tragiques de Fontainebleau.

Ali :
" C'est par l'intérieur que passa le maréchal. Il resta quelques instants dans la pièce voisine de la chambre à coucher. Ses yeux étaient pleins de larmes. On a dit qu'il avait eu quelque peine à se décider à venir voir l'Empereur. Il était seul. L'Empereur ne le fit pas longtemps attendre. Je crois que ce fut le Grand Maréchal qui l'introduisit dans la chambre à coucher. La porte ayant été refermée immédiatement, je ne pus voir de quelle façon eut lieu la réception, ni ne pus entendre l'entretien auquel personne que je sache n'assista, si ce ne fut le Grand Maréchal. "

Marchand :
" Dans la nuit, le grand-maréchal vint frapper à la porte de la chambre de l'Empereur, j'ouvris, il venait annoncer à l'Empereur l'arrivée en ville du maréchal. L'Empereur remit au lendemain 18 à le recevoir. Le premier moment du maréchal fut embarassé, se rappelait-il sa promesse au Roi ? Ce ne fut pas de longue durée; le grand-maréchal lui avait écrit qu'il serait reçu comme au lendemain de la Moskowa, les bras de l'Empereur s'ouvrirent, il se jeta dedans et l'un et l'autre s'embrasèrent.
Restés seuls, ils causèrent longuement, le maréchal avouait qu'il avait été entraîné par son armée, qu'il n'eût pas été maître de conserver au roi et être parti de Paris avec la ferme intention de combattre l'Empereur "...

salutempire salutempire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Ven 26 Nov 2010 - 19:47

Emouvantes retrouvailles entre ces deux hommes qui s'appréciaient.
Pourquoi donc alors Napoléon a-t-il tant chargé Ney après Waterloo ?
Sans doute l'image qu'il voulait léguer de lui à la postérité ne s'embarrassait-elle pas de tels sentiments...

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: CHAUMONT   Sam 27 Nov 2010 - 14:53

Le placide Napoléon se méfiait de la tête chaude de Ney ?
Dans les Mémoires de la Reine Hortense :

" Ney avait le ferme projet de m'attaquer, mais quand il vit les troupes qu'il commandait s'y opposer, il fut bien forcé ce suivre le mouvement et chercha à se faire un mérite de ce qu'il ne pouvait empêcher. Soyez sûre de cela, mais n'en parlez pas. Je n'ai pour moi que le peuple et toute l'armée jusqu'aux capitaines. Le reste me craint, mais je n'y puis y compter. "


C'est à Auxerre que le général Brayer, qui commandait à Lyon, émit l'idée de faire un commando pour aller promptement sur Paris, faire Louis XVIII prisonnier....
On se souvient qu'après Ste-Hélène, pour exaucer les voeux de Napoléon, Marchand, devenu comte, épousera, en 1823, Mathilde Brayer, la fille du général...

C'est à Auxerre, que Napoléon apprend la création d'une armée, qui se forme à Melun, sous le commandement du Duc de Berry.
Placide, il organise le transport par voie fluviale...

Ce 18 mars, la Garde, exilée dans l'Est sous Oudinot, la cavalerie à Lille sous Mortier, est arrivée à Chaumont.
A Metz, Oudinoit a appris la nouvelle du débarquement le 6 mars. Il s'active en revues et proclamations mais en vain, il sent bine queles grognards de la Garde frémissent. Dès le 13, le ministre Clarke le fait mettre en mouvement popur protéger le Roi. Route : Toul, Colombey-les-deux-églises, Neufchâteau, Langres;
A Chaumont, ses divisionnaires ne lui cachent pas leurs intentions de filer sur Auxerre rejoindre l'Empereur...
- Messieurs, me reconnaiisez-vous encore pour votre colonel ? demande Oudinot
- Certes ! Mettez-vous à nottre tête pour rejoindre l'Emperuer et vous verrez si nous ne vous obéissons pas.
La garde se remet en marche avec tambours et trompettes. Le Maréchal suit la troupe, puis lassé Oudinot rebrousse chemin pour se retirer dans sa propriéte de Jean d'Heurs...


na! na! na!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Sam 27 Nov 2010 - 15:14

Le plus étonnant dans cette prodigieuse aventure de la reconquête du pouvoir est que ce sont ceux qui lui devaient le moins qui montrèrent le plus d'enthousiasme et de fidélité envers l'Empereur.
Les nantis et autres privilégiés du régime se montrèrent eux beaucoup plus tièdes.
L'ingratitude du ventre est sans limite...

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: A L'EAU !!!   Dim 28 Nov 2010 - 15:48

salut Je me demande si ce bon docteur Percy a bien fouetté sa Crême unpeufou


Au travail ! Toute la journée du 18 mars est consacrée au dernier bond qui les conduira à Paris.
Avec l'indispensable Bertrand, les secrétaires, les aides de camp, Napoléon va fontionner comme à la veille d'une grande bataille.
Dans la matinée après l'audience de Ney, Napoléon reçoit le colonel Marin, chef d'escadrons de l'artillerie de la Garde qui arrive ventre à terre de Compiègne. Dans le Nord, Lefebvre-Desnouettes a soulevé son régiment à Cambrai et avec les frères lallemenad a tenté de s'emparer de l'arsenal de La Fère.
Ils ont échoué à Compiègne et l'Empereur apprend par un témoin direct le colonel Marin, "la Conspiration du Nord ".
Avant midi, Napoléon envoie de nouveau une lettre autographe à Marie-Louise, qu'un officier déguisé en négociant va porter à Vienne.

J'ai dit plus haut " placide il organise le transport par voie fluviale "
Tout l'après midi, il sera au port d'Auxerre, que l'on voit ici, avec la Cathédrale St Etienne :





Il dispose à Auxerre des régiments suivants :
- 5° et 7° d'infanterie de ligne, 3° génie, 4°d'artillerie avec 30 pièces et le 4° hussards, qui sont venus depuis Grenoble.
- de Lyon et Mâcon, les 23°, 36°, 39°, 72°, et 76° de ligne et le 3° hussards.
- du 14° de ligne du colonel Bugeaud qui se trouve à Auxerre.
- Le Bataillon Elbois, 600 grenadiers et chasseurs de la Vieille Garde, 118 chevau-légers Polonais et environ 400 chasseurs Corses.

Si on ajoute les demi-soldes et isolés, il a donc 14.000 hommes, sans faire appel aux 6.000, que Ney a mis en marche depuis Lons-le-Saunier.
Les hommes de l'île d'Elbe sont épuisés et la route de Paris ne peut nourrir toute la troupe.
Napoléon décide donc, de faire filer la cavalerie sur Joigny et Sens et d'utiliser les bateaux pour soulager les soldats.
L'administration des coches d'eau ne peut assure le trasnport que de 6.000 homes.
Eh bien qu'on fasse venir en poste des bateliers de Sens et autres villes riveraines, qu'on mette à l'eau tout se qui peut flotter : barques, barcasses, péniches, chalands et même train de bois !
L'Empereur convoque les " maîtres de la marine, les cajole, les tourmente et entre avec dans une foule de détails concernant la batellerie, les moyens de prévenir les accidents, les tirants d'eau, la voile, les chevaux de halage, qu'ils écoutent bouche bée et ne peuvant concevoir comment un Empereur en sait autant qu'un batelier " raconte Ali, présent au port d'Auxerre à ses côtés...


salutempire salutempire salutempire salutempire


Dernière édition par Route Napoleon le Dim 28 Nov 2010 - 15:53, édité 1 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Dim 28 Nov 2010 - 19:41

Pas facile à mener en bateau cet Empereur omnipotent !
Dommage qu'il ait autant négligé la marine lors de son règne, laissant aux Anglais la maîtrise des mers ce qui contribua à enrichir l'empire britannique et à financer de la sorte les diverses coalitions.

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: A PARIS   Lun 29 Nov 2010 - 13:47

La défection du maréchal Ney produit une impression très profonde à Paris.
Un courrier de la malle-poste, beau père de Vincent Rousseau valet de chambre de la Reine Hortense, arrive de Lyon où il a été témoin de l'entrée de l'Empereur. Il est appelé aux Tuileries où il est admis en présence de Louis XVIII. Le courrier décrit ce qu'il a vu à Lyon et l'enthousiasme de la population.
" Ma foi Sire, votre noblesse est bien lâche. J'ai vu votre frère revenir seul avec deux gendarmes. Tout le reste l'avait abandonné. "
Les courtisans s'empressent de lui imoser le silence, le Roi accablé se tient la figure entre les mains...
(Mémoires Reine Hortense, tome II)

Ces Mémoires de la Reine Hortense sont indispensables pour tout ce qui tient à l'Empire.

Hortense raconte l'aventure de Fouché.
Approché, chez la Princesse de Vaudémont, par le Comte d'Artois, frère du Roi et futur Charles X, Fouché refuse un poste qui passe à Bourrienne.
Fouché assurre dans ses mémoires qu'il clos l'entrevue en disant :
" Monseigneur sauvez le Roi, je me charge de sauver la Monarchie "...

Bourrienne, devenu préfet de police, est un adversaire acharné de Fouché.
Après l'annonce de la défection de Ney, Bourrienne vient au château,
où on lui remet une liste de 23 personnes à arrêter dont Fouché et Davout.
Le Roi insiste en disant :
" Je veux que vous fassiez arrêter Fouché.
- Sire, je vous supplie de considérer l'inutilité...
- Je veux, absolument, que vous fassiez arrêter Fouché !

Fouché est arrêté en pleine rue.
Aux agents, il leur dit : " On arrête pas un ancien ministre en pleine rue ! "et se penchaht à la portière,
il crie à son cocher " A l'hôtel ! "...
Les agents suivent, rue Cerutti.
Fouché trouve que le mandat d'amener, signé Bourrienne, est irrégulier.
Il fait appeler la Garde Nationale. Le responsable du poste de Garde part aux Tuileries vérifier
et pendant ce temps Fouché promène les agents dans les couloirs de son hôtel
quand tout à coup il ouvre une porte dérobée et laisse les policiers dans l'obscurité.
Il saute dans la jardin et grâce à une échelle passe dans le jardin de la Reine Hortense
et de là rejoint une cachette sûre...

Bourriene n'arrête personne, mais va trouver Balcas le favori du Roi :
" Puisque Napoléon est à Auxerre, il sera là pour le lundi 20 mars, je me vois dans la nécessité de consacrer ce court espace de temps qui nous reste à maintenir la tranquilité jusqu'ua départ de la famille royale " ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Lun 29 Nov 2010 - 14:48

Route Napoleon a écrit:


pendant ce temps Fouché promène les agents dans les couloirs de son hôtel
quand tout à coup il ouvre une porte dérobée et laisse les policiers dans l'obscurité.
Il saute dans la jardin et grâce à une échelle passe dans le jardin de la Reine Hortense
et de là rejoint une cachette sûre...


Il faut reconnaître qu'en matière de dérobades, le rusé Fouché n'avait pas son pareil ! unpeufou

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: BRUXELLES   Mar 30 Nov 2010 - 9:38

Ce samedi 18 mars, pendant la dernière journée de Napoléon à Auxerre, à Paris on mise maintenant sur l'armée de Berry qui se forme à Melun.
C'est aussi jour de débandade, de grosses berlines de voyage quittent le faubourg Saint-Germain.
La Comtesse de Talleyrand et la Comtesse de Blacas ont donné l'exemple.
La rente oscille entre 68 et 66 francs alors que le 5 mars, elle cotait encore à 78 francs.

A Vienne, le plénipotentiaires d'Autriche, de Russie, de Prusse, d'Angleterre et de France tiennent conseil pour arrêter le parti à prendre " si Bonaparte parvient à se rétablir à Paris ".

A Bruxelles, les évenéments se précipitent.
Le Congrès de Vienne, sans s'être le moins du monde enquis du voeu des Belges, avait décidé de réunir la Belgique à la couronne de Guillaume, par la grâce de Dieu, Roi des Pays-bas, Prince d'Orange-Nassau, Duc de Luxembourg, etc...
On a remis sa prise de pouvoir effectif à la fin du Congrès, mais les circonstances ont changées, le Prince héréditaire, fils de Guillaume 1er, se précipite à Bruxelles où, ce 18 mars au matin, la garnison rassemblée sur la Place Royale, prête serment de fidelité au nouveau Roi.
C'est une cérémonie triste, écrasée par une brume épaisse qui semble coller au sol les cuivres et les batterie.
La foule regarde d'un oeil morne défiler l'Etat-major Hollandais. Le Prince héréditaire dans son discours :

" C'est à moi qu'est réservé l'honneur de vous mener au combat si , de la paix dont nous jouissons, il fallait passer à un état de guerre. Je mets une entière confiance en vous, Messieurs et en ces braves soldats : les Belges ont toujours été fameux pour leur courage. Vous soutiendrez cette réputation "...

Le soir même, des troupes Belges et Hollandaises, préparant la voie aux Anglais annoncés, sortent de Bruxelles pour se diriger vers la frontière française,
par la grande chaussée pavée qui traverse un bourg nommé Waterloo...


Dernière édition par Route Napoleon le Mar 30 Nov 2010 - 10:56, édité 2 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mar 30 Nov 2010 - 16:39

De la dérobade à la débandade, il n'y a qu'un pas que d'aucuns n'ont pas hésité à franchir !

Flagorneur à souhait ce prince héréditaire.
Etait-ce pour mieux galvaniser l'énergie des troupes belges sans doute peu enclines à servir un régime qui leur avait été imposé ?
Toujours est-il que le duc de Wellington n'aura qu'une confiance mitigée en leur valeur le 18 juin...

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: SENS   Mer 1 Déc 2010 - 14:25

Ce dimanche 19 mars, jour de la saint Joseph est le dimanche des Rameaux.
Notre professeur Percy le sait puisqu'il a obligatoirement lu " La Semaine Sainte " de Louis Aragon.

Napoléon se met en route de bon matin dans la voiture, tirée à 6 chevaux, du Préfet Gamot. Celle qu'il utilisait depuis Lyon a des ressorts fatigués.

Direction Sens où il est passé l'an dernier à la veille de la Capitulation de Paris, comme on peut le voir sur cette plaque



Sens, ville natale du Comte Bourrienne, son compagnon des premières années et à présent Préfet de Police de Louis XVIII



Sens, défendue en 1814 par le vigoureux général Allix, qui lui a gardé une rue




Jacques Allix est en demi-solde, pas loin, à Clamecy où il a hissé les 3 couleurs. Il ne va pas tarder à rejoindre.
Mais souvent cité à La Haie-Sainte en juin 1815, il est absent, en mission suivant certains,
malade d'après d'autres
Il sera remplacé par Quiot, dans le corps de Drouet d'Erlon.
Jacques Allix est né en Normandie à Percy...

http://www.percy.fr/

salut


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 1 Déc 2010 - 15:51

Route Napoleon a écrit:

Jacques Allix est né en Normandie à Percy...


Natif d'un telle commune, ce ne pouvait être qu'un brave !
Etranges similitudes dans les homonymies : le dessinateur belge Jacques Martin est devenu célèbre grâce à son héros antique : Alix ! unpeufou

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La route Napoléon, pas à pas...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sur la Route Napoléon
» Route Napoléon
» Magnifique B.D. sur la Route Napoléon. (À lire sans faute).
» 4 mars 1815, matinée à Bédéjun
» EPOQUE EPIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE :: L'ILE D' ELBE HIER... :: Le séjour impérial :: Partir c'est mourir un peu...-
Sauter vers: