L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE

Un hommage à cette île de rêve qu'est l'île d'Elbe...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La route Napoléon, pas à pas...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mar 28 Sep 2010 - 19:51

Certes, mais à n'utiliser qu'avec modération. Very Happy

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: CASTELLANE   Mer 29 Sep 2010 - 7:46

salut Pas facile de répondre au grivois Percy, je prends donc mon Joker....

En partant, le matin de ce vendredi 3 mars, l'Empereur emmène avec lui Blaise comme guide dans la marche jusque Castellane. Pas très content d'avoir perdu sa provision de bois, Rebuffel réussira à s'éclipser. Il est à noter que Napoléon prend toujours un guide pour avancer, comme de Coster au Caillou...

Toujours dans la montagne à environ 800 m. d'altitude, le chemin serpente, on file la route, on monte le col de Luens, qui culmine à 1.054 mètres. Cette neige en mars, rien de plus naturel. Après le village de La Garde, on se laisse descendre et au détour d'un virage, on découvre au loin le Roc de Castellane.
Le Roc est un pavé calcaire de 184 m.





Avec au sommet la chapelle Notre-Dame du Roc et à ses pieds la silhouette gracile du pont romain " le pont de la Reine Jeanne ".
C'est un des plus beau site de la Haute Provence.






Le général Cambronne, en avant-garde, est déjà chez le sous-préfet François Francoul, un des rares à ne pas prendre la fuite. Il est vrai qu'il a été destitué par Louis XVIII, et il attend donc son successeur M. De Villeneuve-Bargemon, pas pressé de prendre son poste, qui est toujours chez lui dans le Var.
La sous-prefecture est devenu un musée local avec une plaque commémorative sur la façade, actuellement en rénovation...




Au même moment arrive le courrier de Draguignan, annonçant le débarquement de Golfe-Jouan, disant que les Elbois doivent coucher vers Fréjus et demandant des gendarmes avec des volontaires pour marcher sur leurs flancs.

C'est jour de marché, les soldats vont y faire des emplettes. On achète encore des montures car il reste bien du monde à remonter. En ville la troupe et la population fraternisent.

A 14 heures, on se remet en marche dans les traces de Cambronne, pour monter le col des Lècques enneigé (1.148 m. d'altitude).
Le piqueur St Denis, dit le Mameluck Ali a écrit:
" Pendant ces 4 jours, nous eûmes beaucoup de peine, nous n'étions pas faits à la fatigue. Les deux premières journées nous coûtèrent le plus; à tout moment c'étaient des montagnes dont il fallait atteindre la cime, ou des défilés assez étroits qu'il fallait passer; tantôt la neige, tantôt la boue nous empêchait d'accélérer le pas. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fabrice le grognard
major
major
avatar

Nombre de messages : 604
Age : 51
Localisation : Hyon (Mons) Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 7:52

Toujours aussi passionnant Route Napoléon. Very Happy

_________________
WATERLOO MORNE PLAINE,
TERRE D'IMMORTELS!
http://les-armees-de-waterloo-en-1815.overblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-armees-de-waterloo-en-1815.over-blog.com/#
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 10:16

Surtout, sous les yeux du général Bauduin, qui me surveille...

http://waterloo-miniatures.over-blog.com/


salutempire salutempire salutempire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
général BERTRAND
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6267
Age : 64
Localisation : MARINA DI CAMPO (Li) Isola d'Elba
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 10:26

Bah! J'espère que le prochain sera BERTRAND, du moins pour... 2014! unpeufou

_________________
Faire le Bien et le Bien Faire
Per non dimenticare il passato
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elbe.activebb.net
général BERTRAND
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6267
Age : 64
Localisation : MARINA DI CAMPO (Li) Isola d'Elba
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 10:27

Entendons-nous bien Fabrice, je ne parle pas du bourgmestre de Sombreffe! unpeufou

_________________
Faire le Bien et le Bien Faire
Per non dimenticare il passato
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elbe.activebb.net
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: SENEZ   Mer 29 Sep 2010 - 11:50

J'ai retrouvé la photo au-dessus de la porte de l'ancienne sous-préfecture, où l'Empereur à déjeuné de bon appétit avec M. Francoul.



Les kilomètres qui suivent vont être parmi les plus difficiles. Il neige à gros flocons. La troupe s'étire sur une grande distance. Les hommes sont obligés de marcher les uns derrière les autres. Le commandant Laborde racontera : " notre petite colonne tenait l'espace qu'auraient occupé 20.000 hommes sur la route..."
Défilé rocheux grandiose, les clues de Taulanne vont vous laisser pantois.
Un peu plus loin, le village de Senez.



C'était le plus petit évêché de France et un pont romain lui aussi vous invite à vous y attarder. La cathédrale romane en témoigne encore.



Cette petite cathédrale ne paye pas de mine et pourtant elle possède une belle collection de tapisseries, enfin jusque la visite de voleurs. Il n'y pas de petits profits...
De beaux vitraux également, j'y ai fait une prière pour ce mécréant de Joker...
euh, enfin je veux dire Percy !



Par la vallée de l'Asse, nous voilà à Barrême. Pierre Cambronne, arrivé à 18 heures, après une étape de 46 km, a fait le logement dans la maison du juge Tartanson.

Les routes suivent souvent les rivières et on voit ici la Route Napoléon suivre la rivière l'Asse,



on peut imaginer les soldats s'abreuvant ou se lavant les pieds et le reste.
Fabrice le Grognard sait aussi faire des rivières, comme on peut le voir sur son blog...
Trop fort ce Fabrice...

Nous ne sommes pas perdus, voici ce beau panneau, tout en bois, qui nous rassure :



Barrème est en vue...


marche marche marche marche marche marche marche marche marche






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 12:27

Quelle succession de paysages grandioses !
On se rend néanmoins compte que cette remontée vers Paris ne fut pas une promenade de santé pour la petite troupe impériale.
Heureusement pour eux : ils avaient du coeur au ventre !

Trop aimable à vous, mon cher Jacques, de veiller au salut de mon âme.
Mais mon choix est fait : je préfère aller rôtir en enfer avec de belles diablesses aguichantes à souhait... jocolor

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fabrice le grognard
major
major
avatar

Nombre de messages : 604
Age : 51
Localisation : Hyon (Mons) Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 12:43

Sacré Percy! il est partout! Laughing Laughing
Après les feux de l'amour, il sera dans les feux de l'enfer! Mais s'arrêtera-t-il un jour? scratch

_________________
WATERLOO MORNE PLAINE,
TERRE D'IMMORTELS!
http://les-armees-de-waterloo-en-1815.overblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-armees-de-waterloo-en-1815.over-blog.com/#
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 14:05

fabrice le grognard a écrit:
Mais s'arrêtera-t-il un jour? scratch

Pas demain la veille, Fab !
Sauf si un gros morceau de viande se met à nouveau en travers de ma gorge... unpeufou

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 19:39

marche marche marche

Napoléon arrive à 20 heures, les rues sont illuminées et tout la population l'attend.
Le maire M. Béraud vient au-devant de lui et le mène à la maison du juge.
Fabry note dans son Itinéraire : " Bonaparte y trouva la femme de Tartanson fils et la salua gracieusement. Cette dame répondit :
- Monsieur, j'ai l'honneur de vous saluer .
Cambronne la prit par le bras et lui dit d'un ton de reproche :
- Madame, c'est L'Empereur ! "

Napoléon s'entretient longuement avec le juge, le maire et ses conseillers et ils repartirent tous "plein
d'enthousiasme et de dévouement pour sa cause"...

Pendant ce temps, Cambronne s'occupe du repas que Napoléon partage avec Bertrand et Antoine Drouot qui ne s'étant pas arrêté, a rallié, laissant son arrière-garde à Castellane.
Cambronne fait fonction de maître d'hôtel et pour compléter le menu familial, soupe de légumes et plat de morue, commande à l'Auberge du Cheval-Blanc, tenue par Joseph Abbès, un rôti de chevreau ainsi que des fruits et des confitures.
Voulant dédommager le juge Tartanson des frais occasionnés, celui-ci répondra:
" Je ne suis pas aubergiste, je ne fais pas de note ! ".
Pierre Cambronne laisse cinq napoléons sur la table avec un papier spécifiant de donner dix francs aux domestiques.

La maison du juge Tartanson existe toujours. Elle est à vendre actuellement...




Il y a une petite plaque sur le pignon pour rappeler cette nuit.




La maison possédait une tour qui en faisait la plus cossue du village. Cette tour a été supprimée pour élargir la route. L'entrée n'est guère engageante...



Barrême est resté un village à l'écart de la route RN85.
Sa particularité est d'être dans le territoire de la réserve géologique des Alpes de Haute Provence.
Amateurs de fossiles, vous ne manquerez pas de visiter dans la rue Principale, le musée de M. Louis Maurel, dont les collections privées représentent plus de 40 ans de recherches...

A noter à Barrème, la petite gare toujours en fonction car le Train des Pignes passe ici, durant la belle saison, de Nice à Digne-les -Bains...




C'était auparavant la grande région de la culture de la lavande, comme le témoigne cette usine,
près de la gare qui ne voit plus que des touristes,




Bonne nuit les petits, demain il faut attaquer le Col de Corobin pour arriver à Digne !

Sleep Sleep Sleep

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 29 Sep 2010 - 19:57

Il n'y a guère que vous, mon cher Route, pour passer si allègrement d'un musée de fossiles à une usine de lavande.
Et grâce à votre talent de conteur, on vous suit les yeux fermés dans l'un comme dans l'autre.
Wink

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: LA CLAPPE   Jeu 30 Sep 2010 - 8:28

na! Mon cher Percy je sais que vous adorez les vieilles fossiles qui sentent la lavande...


Vous allez aimer ce Col du Corobin



A 6 heures, départ de l'Empereur qui va franchir à nouveau 27 km de sentiers muletiers. Le général Cambronne avec son avant-garde est parti dans la nuit, guidé par un vieux grognard en retraite nommé Garron, qui va le diriger jusqu'au col de Chaudon.

Peyrusse a conté cette marche :
" Nous nous mîmes en route pour nous diriger sur Digne. Le froid était vif, le verglas rendait notre marche très pénible et périlleuse. Nous nous réchauffions au feu des charbonniers que nous trouvions dans ces montagnes. Ils étaient stupéfaits d'étonnement. Ils contemplaient Sa Majesté la bouche béante. L'Empereur marchait à pied, le bâton à sa main ne l'empêchait pas de glisser et de tomber.
- A la bonne heure, il ne faut pas que notre petit caporal se donne une entorse aujourd'hui ! Dit un grenadier.
Cette boutade ne déplut pas à Sa Majesté. Elle en rit. "

Le trajet suivi par la troupe de Barrême à Digne, s'écarte entièrement du tracé de la Route Napoléon.
La colonne impériale avait choisi le chemin par le col de Chaudon, qui n'est pas practcable en voiture, tout juste en VTT
A Barrême donc, continuez par la RN 85 pour ne pas manquer les clues de Chabrières vraiment impressionnantes et à Chaudon Norante, vous pouvez rejoindre l'authentique Route Napoléon par Chaudon et le col du Corobin, ensuite Bédéjun et les Thermes de Digne.
Il est évident que la RN 85 ne colle pas parfaitement au parcours, modernité oblige.
Le col du Corobin est utilisé par les courses cyclistes comme le Tour ou le Dauphiné et encore le Rallye de Monte-Carlo. Si le revêtement est excellent par contre le paysage est lunaire, avec une impression de désert.



Juste quelques maisons au village de La Clappe avec cet abreuvoir



près de ce panneau qui nous indique que nous sommes sur l'authentique Route Napoléon,
nommée ici " le Chemin Napoléon "....




A mi-chemin entre Barrême et Digne, Napoléon fait une halte à La Clappe, hameau de 300 habitants à l'époque et inhabité aujourd'hui.
Il s'installe en face de l'église et un aubergiste lui sert des oeufs et une bouteille de vin de Chabrières.
Au moment de payer, l'Empereur trouve le prix demandé trop élevé :
- Les oeufs sont rares par ici !
Il s'entend répondre par l'aubergiste :
- Non, ce ne sont pas les oeufs qui sont rares, ce sont les Empereurs !

Pendant cette halte, le colonel Mallet amène l'abbé Laurent, économe au grand Séminaire de Digne, et qui allait dire la messe à Chaudon. Avec le jeune abbé, Napoléon entame une longue conversation qui montre sa curiosité constante, sa vivacité d'esprit et l'humour qu'il savait pratiquer à l'occasion.
Cette conversation est reproduite in extenso dans le livre de M. De Gombert " Napoléon de I'île d'Elbe à Sisteron " qui m'a aidé dans l'étude de cette partie de l'épopée.



L'abbé Laurent conclut :
" J'ai passé environ une heure avec Napoléon et j'étais étonné de me trouver en face de cet homme qui avait fait trembler toute l'Europe. Aussi je le considérai attentivement et sa physionomie est demeurée empreinte dans mon âme. "







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Jeu 30 Sep 2010 - 14:59

Rustique à souhait votre itinéraire, mon cher Jacques !
Les vieilles pierres ont leur charme propre et chacune a son histoire.
Tout bien considéré, il n'y a que l'énergie mise par les soldats à parcourir ce trajet serpentant par monts et par vaux qui ne soit pas fossile.
Quoique... Laughing

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: DIGNE-LES-BAINS   Lun 4 Oct 2010 - 9:15

Mais oui Percy vous avez trouver le mot juste rustique.
Si l'on suit la nouvelle RN 85, on arrive à Digne par l'Ouest, plus rapidement, sur une 3 ou 4 voies. On peut même éviter Digne depuis la création de ce nouveau pont qui enjambe la Bléone en directiuon de Malijai/ Susteron...
Mais nous, les purs et durs, nous passons la Col du Corobin et descendons pour arriver par les Thermes.
Plus rustique mais authentique. C'est dans cette descendte que Peyrusse perd un âne avec ses tonnelets de pièces d'or.
Un jour, nous irons voir s'il reste quelques Napoléons, dans les cailloux du torrent parmi les truites...


M. Duval, préfet des Basses Alpes, a reçu la veille, le vendredi 3 mars, une dépêche du préfet du Var, lui annonçant le débarquement de Napoléon à Vallauris, et son avance probable en direction des Basses Alpes. M. Duval convoque aussitôt le général Nicolas Loverdo, commandant la garnison du département, et le capitaine de gendarmerie. Loverdo a 132 hommes casernés à Digne et peu de réserve en munitions.
Les autres troupes sont disséminées dans les places fortes près de la frontière.

Le préfet lui apprend le débarquement de Napoléon à la tête de 2 à 3.000 hommes, ce qui équivaut au nombre de rations demandées par Cambronne à Cannes. M. Duval lui demande si on peut résister.
Loverdo répond qu'il n'est pas sûr de ses troupiers car : " il y a 4 jours, ils ont crié "Vive l'Empereur", que j'ai voulu en punir 4, et qu'ils m'ont déclaré que si j'en punissais un, je devais les punir tous. Ce qui m'a mis dans l'obligation d'étouffer l'affaire. D'ailleurs il n'y a pas une seule cartouche à Digne, cependant je vais en envoyer chercher à Sisteron et nous essaierons cette troupe."


Le rapport de M. Duval au ministre de l'intérieur est aux archives du département:
" Il fut enfin agité la question de savoir si on avait le temps suffisant pour rétablir en arrière de Digne un autre point de résistance à Sisteron, situé au delà d'un pont d'une seule arche, sur la Durance, et dominé par une fortification pourvue de quelques pièces d'artillerie abandonnées depuis longtemps et sans affût. Le général commandant du département, seul compétent pour discuter la possibilité de cette mesure, reconnut que lors même qu'on aurait assez de temps et des moyens pour faire sauter le pont, l'on resterait exposés à voir la troupe ou démolir des maisons en tête du pont pour former à l'instant un radeau, ou se diriger en dessus ou en dessous de Sisteron pour y faire la même opération avec d'autres bois ou pour faire usage des bacs nombreux qui s'y trouvent placés. "

A la fin de l'entrevue, le préfet et le général Loverdo conviennent de garder le silence sur cette dépêche venue du Var. La nouvelle sera rendue publique le 4 au matin par les estafettes envoyées par les maires de Castellane et de Barrême, ce qui rend la nouvelle impossible à cacher. D'ailleurs l'avant-garde de Cambronne est déjà en vue vers les Thermes de Digne, déjà réputés à l'époque.

Grand branle-bas à la Préfecture, M. Duval a fait appeler la maire M. de Gassendi Tartonne, royaliste convaincu, les adjoints Itard et Estornel, le président du conseil général Hesmiol de Berre, le procureur du roi Vallet, le directeur des postes Roustan.
Tous ces notables gémissent et implorent le préfet "de ne commettre aucune hostilité contre Buonaparte, et de ne pas faire saccager la ville. "
M. Duval et Loverdo qui ne tiennent pas à soutenir un siège, n'ont plus de scrupules.
M. Duval intelligemment passe le cadeau empoisonné aux suivants et expédie des dépêches au sous-préfet de Sisteron, au préfet des Hautes-Alpes et au général commandant le département des Hautes-Alpes.

Ayant fait son devoir, il se trouve subitement une obligation urgente à Champtercier situé à quelques lieues.
Le général Loverdo envoie ses ordres au commandant la place de Sisteron :
"Monsieur le Commandant, dés la réception de ma lettre vous ferez évacuer, sur Manosque, les munitions de la Citadelle de Sisteron, de peur qu'elles ne tombent au pouvoir d'un détachement débarqué à Cannes.
Je laisse sous votre responsabilité personnelle la prompte exécution de cet ordre qui ne peut souffrir le moindre délai. J'ai l'honneur de vous saluer. "

Il est temps, Napoléon entre par la rue Mère-de-Dieu, qui, depuis, n'a pas bougé d'un pouce :




pour aller se restaurer à l'Hôtel du Petit-Paris, qui a disparu laissant cette plaque commémorative :




marche marche marche marche marche marche marche marche marche















Dernière édition par Route Napoleon le Lun 4 Oct 2010 - 9:18, édité 1 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Lun 4 Oct 2010 - 14:22

La rusticité a des vertus incontestables et un charme à nul autre pareil, mon cher Jacques.

Cocasse cette réaction des autorités face à l'avance de la petite troupe impériale !
"Courage, fuyons !", semble être la maxime qui leur est la plus appropriée... Laughing

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: MALIJAI   Mar 5 Oct 2010 - 16:39

Oui Percy, il est urgent de ne rien faire et en attendant " courage fuyons "...

Digne-les-Bains est aujourd'hui une ville bien agréable, avec des thermes qui ne pourrait qu'abréger nos souffrances articulaires, depuis que les Romains y on découvert les sources chaudes à 43°, sulfurées, sodiques et calciques.
Digne = Din-ia, eau chaude en celtique,

Cette capitale de la lavande est aussi une ville touristique sous le ciel le plus pur de France. Les amateurs de botanique se feront plaisir au Collège Maria Borrély dans l'ancien Couvent des Cordeliers, une collection de plus de 350 plantes aromatiques, potagères et médicinales sauvages dans une architecture typique des jardins en carreaux du Moyen Age.
A St Benoît, la réserve géologique de Haute-Provence propose des visites sur le terrain. Cette région permet de suivre 300 millions d'années sur un espace de 20 km !

Et les amoureux de la montagne ne manqueront pas de faire un crochet par la Fondation Alexandra David Néel : cette femme extraordinaire qui réussit déguisée en mendiant, à pénétrer en 1924 à Lhassa, la ville interdite. Cette exploratrice-écrivain a consacré sa longue vie (elle est décédée à 101 ans) à l'étude et à la découverte du Tibet.
Ces deux grandes passions ont fait d'elle dans sa jeunesse une anarchiste et dans sa vieillesse une des plus sage libre penseur de notre siècle.
C'est la vieille dame indigne de Digne.


Revenons à nos Elbois qui ont formé les faisceaux non loin de l'Auberge du Petit-Paris, où déjeune Napoléon, sur le Cours des Arès, là où se disputent les sprints des grandes étapes cyclistes...

Pendant cette halte, Marchand, le premier valet de chambre achète pour l'Empereur un petit chapeau rond, Cambronne fait imprimer les proclamations, et le général Bertrand écrit au général Loverdo pour l'engager à se joindre avec ses troupes "aux braves de la garde impériale".
Sans résultat.
Il écrit également au préfet M. Duval pour lui dire de revenir dans son chef-Iieu, l'Empereur ne désirant " opérer aucun changement dans la marche ordinaire de son administration ".

On avait signaler à Grasse que Napoléon avait commandé une route de Sisteron à Grasse et qu'elle avait été commencé au Nord...
La troupe va retrouver enfin cette route et va marcher désormais en ordre de bataille.

En tête marche le colonel Mallet avec les 3 compagnies de chasseurs à pied de la Vieille Garde, les Marins et les Lanciers polonais, montés ou non montés. La plupart trouveront des chevaux entre Digne et La Mure.

Ensuite, vient le capitaine Loubers avec 3 compagnies de Grenadiers, les Canonniers et une trentaine
d'Officiers sans troupe.
C'est dans ce groupe que se trouve l'Empereur, l'état-major et le trésor.

Ferment la marche, les Fusilliers du Bataillon Corse du commandant Guasco.

Le général Drouot, avec un peloton, demeure en arrière-garde.
Il reste à Digne quelque temps pour attendre que l'imprimeur ait fini son travail.

On longe la Bléone, affluent de la Durance, en direction de Malijai, où le général Pierre Cambronne, toujours en avant-garde, va réquisitionner le château des Noguier, pour y faire le logement.



Tous les deux ans, il y a à Malijai, en Juillet, une commémoration sur deux jours et trois nuits...
La Musique Impériale de Waterloo s'en souvient...




Dernière édition par Route Napoleon le Mar 5 Oct 2010 - 16:43, édité 1 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mar 5 Oct 2010 - 17:55

Sympathique cette anecdote sur la vieille dame indigne de Digne !
C'est donc sur les traces de Tintin que cette aventurière s'est lancée dans la découverte du Tibet.
L'histoire que vous nous contez ne dit pas si elle y a trouvé son Tchang ou si c'est le yéti qui a eu ses faveurs. Laughing

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fabrice le grognard
major
major
avatar

Nombre de messages : 604
Age : 51
Localisation : Hyon (Mons) Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mar 5 Oct 2010 - 19:10

toujours aussi passionnant cher Route Napoléon.
Very Happy

_________________
WATERLOO MORNE PLAINE,
TERRE D'IMMORTELS!
http://les-armees-de-waterloo-en-1815.overblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-armees-de-waterloo-en-1815.over-blog.com/#
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: CAMBRONNE   Mar 5 Oct 2010 - 19:38

marche marche marche

C'est bien le Général Pierre Cambronne qui ouvre la Route Napoléon.
Quand j'étais bouquiniste à Grasse, j'ai fait la connaissance du bon docteur Cambronne,
grand collectionneur de D.S. Citroën.
Il me disait toujours " On devrait appeler cette route, La Route Cambronne, puisque c'est mon ancien parent qui l'a ouverte "...

Il avait dans son cabinet une vitrine de figurines.
D'où ma question essentielle :
Pourquoi Fabrice Le Grognard ne fait-il pas une figurine de Cambronne,
qui a une rue à Plancenoit, un restaurant au pied de la Butte et sa statue à Nantes, après avoir commandé à Porto-Ferraio...

na! na! na!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fabrice le grognard
major
major
avatar

Nombre de messages : 604
Age : 51
Localisation : Hyon (Mons) Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mar 5 Oct 2010 - 19:45

m... alors! désolé, c'est parti tout seul! Laughing Laughing Pourquoi pas, mais j'en connais un qui aimerait avant un certain Général Bertrand .

_________________
WATERLOO MORNE PLAINE,
TERRE D'IMMORTELS!
http://les-armees-de-waterloo-en-1815.overblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-armees-de-waterloo-en-1815.over-blog.com/#
général BERTRAND
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6267
Age : 64
Localisation : MARINA DI CAMPO (Li) Isola d'Elba
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mar 5 Oct 2010 - 22:06

Pas de taquineries Fabrice! unpeufou

C'est vrai que le général de brigade Pierre CAMBRONNE commandait la place de Portoferraio, s'occupait de la santé (quarantaine) et semble-t-il de l'île de Palmaiola, sans oublier son sens disons très pointu quant à la sécurité de l'Empereur!
Il fut de plus le cavalier de la Princesse Pauline, notamment le soir du 25 février 1815...
Il n'a pas non plus sa rue à l'île d'Elbe, ni Drouot, ni Bertrand! Voilà du boulot qui m'attendra d'ici quelques années... après les élections communales de 2014...
Comme tu le sens Fabrice! salut

_________________
Faire le Bien et le Bien Faire
Per non dimenticare il passato
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elbe.activebb.net
Route Napoleon
premier maréchal des logis chef
premier maréchal des logis chef


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: MALIJAI   Mer 6 Oct 2010 - 8:31

Oui Fabrice comme tu le sens et on en parle à Braine l'Alleud le 11 novembre... salut


Pour ceux qui connaisse Malijai, on voit que nous sommes là au carrefour de trois routes,
- du Nord venant de Gap/Sisteron, le long de la Durance
- du Sud-est, qui vient de Digne et la montagne, suivant la Bléone
- de l'Ouest qui file à manosque et Aix-en Provence, suivant la Durance;

Or, de Cannes, un gendarme était parti au triple galop vers Fréjus.
De Fréjus, le brigadier porte la nouvelle à Draguignan au chef d'escadrons, qui réveille à 2 heures du matin, le général Morangiès, commandant la gendarmerie du département du Var.
Mais contrairement à ce qui se passe d'habitude, la nouvelle passant de l'un à l'autre perd en intensité.

Le gendarme de Cannes avait dit à Fréjus " le débarquement des troupes de l'île d'Elbe", sans parler d'ailleurs de Napoléon,
Le brigadier de Fréjus annonce à Draguignan que " 50 hommes de la garde de l'ex-Empereur étaient arrivés de l'île d'Elbe."
C'est cette dernière information par l'intermédiaire de la Préfecture maritime de Toulon, que Morangiès fait parvenir au maréchal Masséna commandant à Marseille la II° région militaire.
Le message que Masséna reçoit le vendredi 3 mars à 9 heure du matin est le suivant " Le préfet maritime est avisé que des grenadiers de l'île d'Elbe ont eu des congés pour revenir en France dans leur famille."

Pendant ces péripéties, les Elbois quittent Séranon en direction de Castellane.

Le maréchal Masséna se borne à informer le ministre de la guerre, le maréchal Soult, et termine sa dépêche par ces mots:
" Quant à moi, je suis de l'avis du préfet maritime, que ce n'est qu'un débarquement de quelques hommes ennuyés de rester à l'île d'Elbe."
L'estafette part pour Lyon et là, par le télégraphe aérien de Chappe, la nouvelle arrive à Paris.

Mais Masséna n'allait pas tarder à être mieux informé.
Le comte de Bouthillier, préfet du Var, envoie le 2 mars un peloton de gendarmes à Cannes d'où il apprend que Napoléon lui-même avec 1.000 hommes et du canon a pris la route de Grenoble. M. de Bouthillier transmet à Masséna et en même temps une dépêche au préfet Duval à Digne et au préfet Harmand à Gap.
Masséna reçoit l'estafette le 3 Mars à 9 heures du soir et sur le champ expédie un courrier à Paris par les mêmes voies que précédemment. Cette dernière dépêche arrivera d'ailleurs avant la première, le premier coursier s'étant fracturé la jambe après Aix-en-provence !...
C'est celle qui donnera l'alarme aux Tuileries.
Vous avez sûrement lu " La Semaine Sainte " d'Aragon ?


Le point le plus rapproché de Marseille sur la route que poursuit Napoléon est Sisteron, dont la citadelle commande le passage sur la Durance.
Masséna, sans attendre le lendemain, ordonne au général Miollis de prendre le 83° de ligne plus 6 compagnies du 58° et de se porter en hâte sur Sisteron. Ce général Sextius de Miollis, compagnon de La Fayette pendant la guerre d'indépendance des Etats-Unis, s'est illustré lors de la prise de Nice en 1792. Il sera le gouverneur de Rome de 1808 à 1814.

Napoléon boit son café à Barrême, quand Miollis se met en route.
Mais à Malijai, Napoléon sait qu'il a une troupe qui marche sur ses arrières et qu'il lui faudra faire face à celle qui descendra de Grenoble, le prenant en tenaille,
sans compter la garnison du général Kerverseau, à Briançon, qui peut le prendre de flanc...

Pour l'heure on bivouaque au château de Malijai




avec cette plaque commémorative au-dessus de la porte d'angle :



Ce château est désormais la mairie de Malijai avec son jardin en terrasse aux bords de la Durance




Pierre Cambronne, avec son avant-garde, est parti pour Sisteron, où la Citadelle pourrait être un obstacle important à la marche des Elbois...
Napoléon sait qu'il joue une forte partie et s'est assoupi dans un fauteuil, attendant les nouvelles




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Mer 6 Oct 2010 - 13:05

Superbe demeure que ce château de Malijai !
Savez-vous s'il est possible de le visiter ?
En tout cas, les services administratifs de cette commune disposent là d'un bâtiment exceptionnel.

Par ailleurs, on voit bien dans votre message combien les communications étaient difficiles à l'époque.
Amplifiées ou déformées, elles arrivaient tant que bien que mal à leur destinataire.
Pas simple dès lors de prendre la bonne décision.
On verra plus tard à Waterloo combien ces manquements pouvaient influencer le sort d'une bataille...

_________________
La vie a plus d'imagination que nos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fabrice le grognard
major
major
avatar

Nombre de messages : 604
Age : 51
Localisation : Hyon (Mons) Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   Jeu 7 Oct 2010 - 7:36

Mais allez Percy! pour l'instant on est plein d'enthousiasme Very Happy , pas encore dans la défaite! Crying or Very sad

_________________
WATERLOO MORNE PLAINE,
TERRE D'IMMORTELS!
http://les-armees-de-waterloo-en-1815.overblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-armees-de-waterloo-en-1815.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La route Napoléon, pas à pas...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La route Napoléon, pas à pas...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sur la Route Napoléon
» Route Napoléon
» Magnifique B.D. sur la Route Napoléon. (À lire sans faute).
» 4 mars 1815, matinée à Bédéjun
» EPOQUE EPIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE :: L'ILE D' ELBE HIER... :: Le séjour impérial :: Partir c'est mourir un peu...-
Sauter vers: