L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE

Un hommage à cette île de rêve qu'est l'île d'Elbe...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le sabre de sapeur régimentaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
geniemilitaire
capitaine
capitaine
avatar

Nombre de messages : 433
Age : 27
Localisation : A l'abri de la butte
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Le sabre de sapeur régimentaire   Jeu 13 Mar 2008 - 7:58

Le sabre à tête de coq
:


Les sapeurs dans les régiments d’infanterie furent
reconstitués à l’époque du Consulat et rétablis officiellement seulement par un
décret du 7 avril 1806 à raison de quatre sapeurs par bataillon. Ces sapeurs
étaient pris dans les compagnies de grenadiers, devaient porter le sabre
briquet, mais dès l’origine de la garde consulaire parmi
les
objets
de luxe fournis en 1801 figurent 52 « sabres à coque «
( à coq ) au
prix de 36 francs pour les sapeurs, 12 pistolets pour idem à
17fr15 et 48 haches à 36 francs.
Dans son aide mémoire pour 1809, Gassendi ne
parle que du sabre des sapeurs de la garde impériale dont la lame légèrement
cambrée, évidée, a une petite gouttière ou passe-creux tout le long du dos qui
est taillé en scie et qui coûte 41fr78.
Beaucoup de colonels s’empressèrent de
copier pour leur régiment l’exemple donné par la garde du gouvernement et
armèrent leurs sapeurs avec des sabres similaires.
Ces armes, fabriquées par l’industrie privée
présentent des modèles très différents plus ou moins riches selon les ressources
de la masse noire dont pouvait disposer le chef de corps qui les faisait faire.
La poignée, sans branche, est tantôt droite, tantôt légèrement recourbée en
avant, tantôt lisse avec des facettes tantôt recouverte de plumes.
La tête de coq ciselée qui la termine est
modelée de diverses façons, le bec ouvert avec une longue crête ou bien le bec
fermé avec une crête plus ramassée, très variable aussi est le dessin de la
croisée, et son ornementation, quelques-unes sont plates et lisses avec ou sans
filets, d’autres portent à leur milieu une tête de méduse, les unes se terminent
par des quillons, d’autres sont droites ornées aux extrémités de tête de bélier.
Il n’est d’ailleurs pas toujours facile de préciser l’époque de ces sabres dont
la mode s’est prolongée dans l’armée jusque sous la Restauration et beaucoup
plus tard dans la garde nationale.

Les colonels des régiments du génie
voulurent différencier leurs soldats des autres soldats car ils estimaient que
le sapeur du génie était un sapeur d'élite. Ils offrirent alors à
chaque sapeur ce sabre à tête de coq.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.geniemilitaire.com
 
Le sabre de sapeur régimentaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» têtes de colonne
» Le Sapeur 2ème partie
» Corps des Pompiers.
» [ESPAGNE] Blason sur sabre de Tolède
» filiation régimentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE :: L'ILE D' ELBE HIER... :: Le séjour impérial :: La petite armée :: Armes et munitions-
Sauter vers: