L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE

Un hommage à cette île de rêve qu'est l'île d'Elbe...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 En résumé... (extrait du site de l'APT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
général BERTRAND
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6267
Age : 64
Localisation : MARINA DI CAMPO (Li) Isola d'Elba
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: En résumé... (extrait du site de l'APT)   Lun 26 Mar 2007 - 10:04

L’histoire a voulu que l’île d’Elbe devienne un théâtre de grands évènements: il n’existe pas de civilisations de la Méditerranée qui n’aient laissé de traces aussi importantes sur son passage. Nature, art et culture millénaire, renfermés en un microcosme de 224 km?, créent une atmosphère unique, lieu de décors extraordinaires, fruit de rencontres entre des peuples différents.
Selon les récits mythologiques c’est à Porto Argon, l’actuel Cap Blanc (près de la plage du Ghiaie) que Jason s’arrêta durant l’aventureuse recherche de la Toison d’Or et, comme le révèle Virgile dans l’Enéide, c’est de ce même port que trois cents jeunes quittèrent l’île pour venir en aide au « Pio Enea » dans sa dure lutte contre les Rutules.
Pour les Etrusques, l’Elbe constitue une interminable source de richesse: déjà au VIIIème siècle av. J.-C. ils exploitaient les mines et exportaient le fer dans tout le bassin méditerranéen, en en tirant d’énormes richesses.

C’est ainsi que naquirent les fours, qui jour et nuit fondaient les minéraux en provoquant de fortes lueurs et, comme le raconte Aristote, ils furent à l’origine du nom Aethalia (étincelle), attribué à l’île d’Elbe par les navigateurs grecs. Des cinq siècles de domination étrusque, il reste différentes nécropoles, quelques ruines de fours de fusion et de nombreux villages en hauteur, immergés au coeur de paysages inimitables.Du déclin de la puissance étrusque, les Romains ont hérité de l’industrie sidérurgique, mais en valorisant également les gisements de granit ils découvrirent les boues curatives des thermes de San Giovanni, les beautés du paysage et les excellents vins.
" L’île du bon vin" , disait Pline le Vieux. Et voilà qu’un trafic intense de bateaux chargés d’amphores commença: la plupart d’entre elles sont conservées dans les musées archéologiques de Portoferraio et Marciana et, avec de surprenants objets restitués par la mer, elles racontent toute l’histoire de la navigation ancienne. Dans les golfes les plus suggestifs on érigea les grandioses villas patriciennes de la Linguella, des Grottes et de Capo Castello, aujourd’hui comme alors lieux de joie.

Au Moyen-Age ce fut la République Marine de Pise qui exploita les mines de fer et le granit de l’île d’Elbe: la plupart des colonnes qui ornent la Place des Miracles ont été modellées par les talentueux sculpteurs de San Piero. De la période pisane on conserve de nombreux témoignages: les églises romanes raffinées et la tour de San Giovanni in Campo, construite sur une énorme masse de granit, mais surtout l’imposante « Fortezza » de Marciana et le manoir de Volterraio, sentinelle des monts et des mers.
En 1548 ce fut le tour des Médicis: Cosme Ier réalisa la ville fortifiée de Portoferraio, véritable joyau d’urbanisme militaire. L’harmonie entre la mer, la terre et les œuvres architectoniques était tellement parfaite que la nouvelle ville fut appelée Cosmopoli, « berceau de la civilisation et de la culture, exemple d’équilibre et de rationalité ».
Tout de suite après, ce sont les Espagnols qui s’installèrent à Porto Azzurro et construisirent l’imposant Fort San Giacomo, qui aujourd’hui accueille la prison mais aussi diverses chapelles et le suggestif Sanctuaire de Monserrato, encastré sur une sombre montagne « dolomitique ».
Au XVIII siècle, Autrichiens, Allemands, Anglais et Français se disputèrent l’île d’Elbe avec de frénétiques négociations diplomatiques ou des batailles acharnées jusqu’à ce qu’elle ne fut attribuée “ de pleine propriété et souveraineté” à Napoléon Bonaparte qui, en dix mois de gouvernement, laissa des traces significatives: il construisit des routes, réorganisa l’économie minière, augmenta la production et l’exportation du vin.

Il fit d’une antique église désaffectée un charmant théâtre qui, grâce à une restauration savante récupéra son antique splendeur, et est aujourd’hui le siège d’importantes expositions culturelles.

De retour en France, pour les fatidiques cent jours, Napoléon laissa deux résidences, devenues Musées Nationaux et visités chaque année par des milliers de visiteurs …

_________________
Faire le Bien et le Bien Faire
Per non dimenticare il passato
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elbe.activebb.net
Percy
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3562
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: En résumé... (extrait du site de l'APT)   Lun 26 Mar 2007 - 23:05

Merci pour ce condensé qui brosse de manière claire et concise l'historique de cette île enchanteresse.Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En résumé... (extrait du site de l'APT)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recherche extrait petits enfants du siècle
» diffusion d'extrait de livre audio en classe
» Résumé du deuxième livre : les Deux Tours
» recherche légende de Thésée et le Minotaure extrait manuel lettres vives 6ème
» Qui aurait un commentaire de l'éducation des filles de Voltaire (extrait Sophronie/Mélinde)?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ILE D'ELBE, UNE ILE IMPERIALE :: L'ILE D' ELBE HIER... :: Depuis la nuit des temps: Ligures, Etrusques, Romains, Medicis, Espagnols, Français...-
Sauter vers: